Hôtel Bohême

Rendez-vous de créateur - Paris

3 à 4 fois par an Hôtel Bohême réunit une sélection pointue de créateurs dans un lieu d’exception situé dans le 11e arrondissement de Paris.

>> Lire la suite
CONTACT
< Retour

Portrait – Marie Leonetti

--17 octobre 2015--

Continuons nos découvertes de créateurs… Aujourd’hui nous vous emmenons chez Marie Leonetti dont l’atelier se trouve au sein de ce qui est maintenant l’atelier partagé Bulle, situé dans le 11e arrondissement de Paris. Marie y a pour voisins de travail Audrey Halin (de Bulle), Giorgio Petracci (de Mobile), et depuis le début du mois d’octobre, Sara Théron (de Dodo Toucan).
MarieLeonetti

atelier-marieleonetti
Si vous ne connaissez pas encore le travail de Marie Leonetti c’est sans doute à cause de sa discrétion. Mais que voulez-vous, certains artisans sont souvent plus à l’aise dans la création que dans la communication 😉
Bref,… Allons-y, il est temps de vous parler de Marie !

Marie, bonjour et merci de nous accueillir. Alors, commençons par le commencement. Parle-nous un peu de ton parcours et des choix que tu as opérés pour arriver à la création de ta marque s’il te plaît.
Marie Leonetti : J’ai d’abord travaillé quelque temps comme maquettiste dans une agence de communication. Mais le côté manuel et le contact avec la matière me manquaient. Avec une amie, Audrey Halin, nous nous sommes alors lancées dans une activité de rénovation de meubles chinés et avons créé l’atelier Bulle (où nous vendions nos meubles et organisions des expos-ventes en invitant d’autres créateurs). J’ai travaillé pendant 3-4 ans au sein de cet atelier, puis à la naissance de ma fille en 2008, j’ai décidé d’arrêter. Petit à petit, je me suis mise à fabriquer des mobiles, des totes bags brodés, des coussins, et des bijoux faits avec des morceaux de tapisseries récupérées… J’ai alors eu l’idée de broder moi-même des pièces de tissus et de les monter en colliers. Après quelques ventes au sein de l’Atelier Bulle, j’ai créé ma marque, et je me suis concentrée sur la création de bijoux, brodés ou faits de perles.
bijoux-marieleonettiAprès avoir travaillé chez moi quelques années, je me suis réinstallée en 2014 chez Bulle, qui est maintenant un atelier partagé.

La plupart de tes créations sont réalisées à base de broderie. Est-ce que ce goût et cet apprentissage t’ont été inculqués par quelqu’un d’autre que ta grand-mère ? 😉
Marie Leonetti : Effectivement ma grand-mère m’a initié à la broderie, à la couture, au tricot ! Cette transmission m’a donné le goût du fait main ; j’ai toujours aimé bricoler, coudre, fabriquer des choses. Mais je n’ai suivi aucune formation pour développer mes idées de bijoux.
atelierbijoux

Comment définirais-tu le style de ta marque?
Marie Leonetti : Ma marque est, je l’espère, le reflet d’une liberté d’inspiration. Je n’ai pas envie de m’enfermer dans un style… Alors parfois, ça part un peu dans tous les sens ! Mais on me dit souvent que l’ensemble est cohérent… Je crois que le fil conducteur de tout ça est mon goût pour le mariage des couleurs, et l’assemblage des formes.

Quel est ton quotidien de créatrice ? Pourrais-tu nous décrire une journée type par exemple ?
Marie Leonetti : Les jours où je suis à l’atelier, je commence invariablement par un petit café en papotant un peu avec mes colocataires… Puis je me mets au travail, parfois en continuant à papoter ! Soit je suis dans l’exécution de modèles existants, cela peut être une commande d’une cliente ou un lot de bijoux demandé par une boutique. Soit je suis dans la recherche de nouveaux modèles et là je peux dessiner des idées sur un carnet, ou bien chercher des associations de perles, en fonction de leurs formes, matières, couleurs… Je cherche aussi parfois l’inspiration sur internet (Pinterest par exemple).
broderie-bijoux

bijoux-marieleonetti3
Je consacre certaines journées à l’achat de matériaux chez mes fournisseurs, et je profite de ces moments hors de l’atelier pour me balader, découvrir des boutiques, ou voir une expo. Ma journée de travail à l’atelier se termine assez tôt car je dois être à l’école de ma fille à 16H30… Mais il m’arrive de ramener du travail à la maison, une broderie en cours par exemple…

Peux-tu nous expliquer tes différentes étapes de travail en partant de l’ébauche d’une idée de bijou à sa réalisation finale ?
Marie Leonetti : Il n’y a pas vraiment de règles… Mais pour les colliers brodés je commence en général par un croquis, que je reproduis après au crayon sur la toile de mon tambour. Les idées de couleurs viennent en associant mes fils de coton, mais aussi en me nourrissant d’images glanées sur le net (déco, design, architecture, mode.., tout peut être une source d’inspiration).
Une fois le travail de broderie terminé, je me lance dans les finitions, qui consistent à coudre les petits anneaux qui permettent d’accrocher l’ouvrage à la chaîne. Puis je couds au dos un morceau de feutrine pour masquer les fils.
atelier-marieleonetti4

laine-couleur

atelier-marieleonetti2

faitmain-bijoux

MarieLeonetti2

Est-ce que tu as un petit rituel, des petites manies de travail ?
Marie Leonetti : Pas vraiment, à part le petit café du matin… Sinon, j’aime bien écouter la radio en travaillant, le plus souvent Fip ou France Inter.

Qu’est-ce qui est le plus important pour toi dans ton travail ?
Marie Leonetti : Ce qui m’importe avant tout c’est de m’amuser, de suivre mes envies au travers de mes créations ; bref de garder mon identité. Bien sûr il y a la réalité économique et il faut aussi tenir compte de ce qui plait, des « tendances »… Mais je n’envisagerais jamais mon activité comme la gestion d’une marque qui s’adresserait à telle catégorie de femme, à telle cible. J’aime l’idée que mes bijoux puissent séduire aussi bien une fille branchée qu’une femme qui ne s’intéresse pas vraiment à la mode et qu’ils soient portés par une ado comme par une vieille dame.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail et à l’inverse, le moins ?
Marie Leonetti : Ce qui me plait le plus c’est d’imaginer, d’assembler des formes, des couleurs, et de donner vie à une idée de bijou.
J’ai plus de mal avec la partie administrative, la compta ou la communication. Mais il faut bien passer par là !

Est-ce que ta marque est ton activité principale ?
Marie Léonetti : Oui, c’est effectivement le cas.

Comment envisages-tu la suite ?
Marie Leonetti : Continuer toujours à créer et à développer mon activité. En espérant que les idées et la motivation soient de la partie !

Est-ce que tu as des nouveautés en prévision ou une petite exclue à nous révéler ?
Marie Leonetti : Ce n’est qu’une idée pour l’instant, mais j’envisage d’organiser des ateliers de broderie, de création de bijoux, pour enfants et adultes.

Quand tu ne travailles pas, où peut-on te trouver ?
Marie Leonetti : Je me balade souvent dans le 9ème arrondissement, où j’habite. J’aime beaucoup aller boire un verre dans le jardin du musée de la vie romantique par exemple.
J’aime bien aussi les jardins du Palais Royal, le Jardin des Plantes et ses serres…

Quels sont tes petits plaisirs ?
Marie Leonetti : De ce côté là je ne suis pas très originale, j’adore le chocolat…

En dehors de ton travail qu’est-ce qui te passionne ?
Marie Leonetti : J’aime me nourrir du travail des autres, que ce soit dans la peinture, la céramique, le cinéma, la littérature… De Sonia Delaunay à Wes Anderson, en passant par Jacques Demy, Jean Echenoz ou Astrud Gilberto.
univers-marieleonetti

atelier-marieleonetti3

marieleonetti-univers

Mais rien ne me fait plus de bien que de me baigner sur une plage sauvage, que ce soit en Méditerranée ou dans les eaux vivifiantes de Bretagne.

Est-ce que tu es parisienne d’origine ? Sinon, pourquoi être encore là avec ton compagnon et ta petite fille quand tant d’autres sont déjà partis se la couler douce dans une maison en province ?
Marie Leonetti : Je ne suis pas parisienne d’origine, j’ai grandi à Saint-Nazaire. Même si j’aime beaucoup Paris, je me verrais cependant bien dans une maison en province. La nature – la mer en particulier – me manque beaucoup ! Malheureusement l’activité de mon compagnon nous oblige à vivre à Paris…

Tu viens à Hôtel Bohême depuis mars 2012. Ce fût l’une de tes premières expo en dehors de celles que vous organisez au sein de l’atelier Bulle. Est-ce que ta participation à notre évènement a changé quelque chose dans l’évolution de ta marque ? Qu’est-ce que ça t’as apporté et qu’est-ce qui en ressort pour toi ?
Marie Leonetti : La participation à Hôtel Bohême a été l’occasion de montrer mon travail à un plus large public que celui de l’atelier Bulle. C’est très intéressant et stimulant de discuter avec les clients, de voir ce qui plait, ou ce qui plait moins. Et puis rencontrer d’autres créateurs permet de confronter son expérience, de se sentir moins seule dans une activité ou l’on est son propre patron, ce qui n’est pas toujours facile ! On peut y partager nos adresses de fournisseurs et nos bons plans. Enfin c’est aussi la possibilité de se faire connaître par des professionnels comme des journalistes, des responsables de boutique ou autres. Et oui, cela m’a permis de faire des rencontres intéressantes.

Un petit mot avant de nous quitter ?
Marie Leonetti : Même si c’est parfois difficile, je me dis que j’ai de la chance de faire ce que j’aime ! Et c’est bien de se le rappeler de temps en temps.

Pour suivre Marie Leonetti
Son site
Instagram
Atelier : 8/10 passage Bullourde, Paris 11

PHOTOS : Juliette Beaupin
TEXTE : Mélanie Brument

Rendez-vous le 31 octobre pour le prochain portrait de créateur !